Qu’est ce que la bibliomancie ?

Publié le : 29 août 202320 mins de lecture

Une faculté de l’âme presque inconnue mais utile et accessible aujourd’hui consiste en la capacité de trouver une réponse à une question (inhérente à la sphère spirituelle) en ouvrant un livre réputé sacré ou prophétique.

La bibliomancie est une ancienne méthode de divination au moyen de livres ; en tirant au sort une phrase à interpréter comme une réponse à la consultation.
On pense que les origines de cette pratique remontent à la civilisation grecque où les textes d’Homère, d’Hésiode et d’Héraclite ont été utilisés. Même les Romains utilisaient cette méthode de divination en ajoutant les écrits de Virgile comme textes utilisés. Ce n’est que plus tard que la Bible a également été utilisée comme livre sacré, jusqu’à ce que, cependant, au VIIIe siècle, son utilisation soit interdite sous peine d’excommunication religieuse.
La bibliomancie est un art divinatoire très simple puisqu’il suffit d’un livre, généralement un livre considéré comme sacré, prophétique ou même simplement duquel on se sent particulièrement attiré. Le devin (qui peut être le consultant lui-même) formule une question à haute voix et, attirant l’attention sur le cœur, ouvre le volume au hasard, lisant la première phrase ou paragraphe sur lequel il pose son regard.
Il existe de nombreuses méthodes alternatives, par exemple il est intéressant de fermer les yeux en attirant toujours son attention sur le cœur et une fois le livre ouvert indiquer un point précis (toujours les yeux fermés) sur la page. La phrase indiquée sera considérée comme une réponse ou un commentaire à la question posée.
D’autres méthodes peuvent consister à poser la question et à laisser le livre à moitié ouvert dans une zone venteuse. Le vent avec sa force décidera de la page que nous devrions aller lire.
Une autre méthode alternative consiste à lancer le livre en l’air et à lire la page/le paragraphe du livre qui sera resté ouvert une fois tombé.

Bibliomancie : définition

Bibliomancie : définitionCette pratique, comptée parmi les méthodes divinatoires, était en vogue chez les Grecs, puis chez les Romains. Le premier utilisait principalement les textes homériques, d’où la définition des sortes Homericae, le second ceux de Virgile, d’où les sortes Vergilianee. La procédure consistait à formuler une question puis à ouvrir le texte au hasard : Là où l’œil était attiré se trouvait un conseil utile à l’éventualité.

Dans l’Antiquité, on croyait que le pouvoir des livres allait bien au-delà de leur capacité à transmettre des connaissances, à tel point que certains augures à l’époque de l’Empire romain recouraient à des textes écrits pour tenter de comprendre l’avenir, lisant un passage au hasard et essayant pour l’interpréter. C’est la soi-disant bibliomancie qui fait partie des arts divinatoires.

La diffusion de la bibliomancie

A vrai dire, on trouve déjà des traces de bibliomancie dans la civilisation grecque. Pourtant, c’est au Moyen Âge que la bibliomancie connaît son apogée, tant en Europe qu’au Proche-Orient.

Pour pratiquer la bibliomancie, cependant, certains livres spécifiques étaient nécessaires, car on pensait que tous n’étaient pas adaptés à l’objectif. De tels livres étaient la Bible (bien que Deutéronome – 8,10-12 – l’un des livres du Pentateuque dans l’ Ancien Testament , interdit explicitement la divination : « Que personne ne trouve parmi vous […] quelqu’un qui exerce la divination ou qui épelle ou de présage ou de magie, ni celui qui jette des sorts, ni celui qui consulte les nécromanciens ou les devins, ni celui qui interroge les morts, car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel ») et le Coran . Des livres classiques ont également été utilisés, comme l’Énéide de Virgile ou les textes d’Homère.

Comment fonctionnait la bibliomancie ?

Il semble qu’à l’époque médiévale deux méthodes aient été utilisées pour pratiquer la bibliomancie. La méthodologie indirecte consistait à placer le livre ouvert et à laisser le vent déplacer les pages ; si au contraire vous étiez pressé, vous pouviez aussi lancer le livre en l’air et, une fois tombé, lire la page restée ouverte.

L’autre méthode était plus médiatisée et impliquait la présence d’un assistant (que l’on pourrait appeler un bibliomancien, faisant un plâtre de chiromancien) qui, les yeux fermés, cherchait la page qui répondrait le mieux à la demande de lecture du futur.

Pourquoi les vers d’Homère et de Virgile étaient-ils considérés comme sacrés ou prophétiques ?

Fonctionnement de la bibliomancieParce que les anciens croyaient qu’un poète était inspiré par une divinité. Qu’un livre s’ouvre et vous offre une réponse peut sembler aléatoire ou mystérieux, mais Une partie ignorée de nous, le MetT, sert de médiateur pour un contact à la fois avec l’âme et avec « quelque chose d’autre » ; mais la raison, imprégnée par la culture contemporaine, n’est pas consciente de ce contact. Nous ne voyons pas, ne savons pas, ne percevons pas, ne croyons pas, etc., qu’il existe en amont un quelque chose/quelqu’un qui s’occupe de notre bien-être et qui, pour nous venir en aide sans nous accabler ni décider à notre place, adopte les moyens de communication qu’il peut.

Faire tomber un livre d’une étagère, le faire disparaître entre les coussins d’un canapé ou donner de l’énergie à la « bonne » page semble assez basique pour ceux qui savent comment diriger l’énergie (les énergies subtiles répondent à la pensée, à l’intention et à l’amour). L’utilisation de l’ordinateur, qui a remplacé le papier, facilite grandement la bibliomancie. Si vous savez comment l’utiliser (le pc), comment poser la question et si vous avez au moins entrouvert la porte avec votre âme. La bibliomanie numérique.

Qui a pratiqué la bibliomancie ?

La bibliomancie était pratiquée par les devins des temples italiques, comme Preneste et Cere, et fut adoptée, selon les historiens, également par l’empereur Hadrien, Alexandre Sévère et Claude II (sans doute pas des idiots). Puisqu’en plus des livres (qui étaient moins courants qu’aujourd’hui) on utilisait des jetons sur lesquels étaient écrits des vers, jetons qui devaient être tirés d’un vase, il est arrivé que le terme sors soit attribué à tout objet utilisé pour prédire des événements, dans un mélange de magie et de loterie.

Pendant un certain temps, les chrétiens ont adopté la Bible et le Livre des Psaumes, de sorte que la bibliomancie s’appelait Sortes Sanctorum, tandis qu’en Islam, ils utilisaient le Coran et le Hafiz. Dans les cercles protestants, les Sortes ont reçu le nom de Vergilian Lots, mais elles ont également été rejointes par la Bible et les œuvres de William Shakespeare.

Saint Augustin et Saint François aussi ont utilisé l’ancien rituel : Augustin raconte dans les Confessions qu’il a mûri sa conversion grâce aux mots de la Bible, ouverte au hasard après avoir entendu des enfants qui – pendant qu’il méditait – criaient « tolle, lege », ce qui signifie « prends et lis ». Devenu évêque, Augustin tolère la bibliomancie « tant qu’elle n’est pas utilisée à des fins terrestres ». Saint François, quant à lui, aurait ouvert trois fois les Évangiles pour connaître la volonté divine concernant la Règle à instituer. Au fil du temps, elle a été condamnée par l’Église.

Bibliomancie : prédire l’avenir avec des livres, aujourd’hui ?

Au fil du temps, des livres ont été utilisés qui avaient une sorte de lien avec la personne intéressée à connaître l’avenir.

Aujourd’hui, compte tenu de la grande disponibilité des livres, la bibliomancie est souvent pratiquée en choisissant un livre au hasard dans une librairie ou une bibliothèque. Oui, car la divination par bibliomancie est encore pratiquée aujourd’hui et, bien qu’officiellement interdite par l’église, de nombreux prêtres et guides spirituels conseillent d’ouvrir la Bible au hasard et de se laisser inspirer par le verset sur lequel se posent vos yeux.

D’ailleurs, cet usage de la Bible est attesté par saint Augustin lui-même qui doit précisément sa conversion à cette pratique. Il a entendu la voix des enfants chanter « Prenez et lisez », il a pris la Bible, l’a ouverte et a trouvé la phrase qui l’a profondément changé.

De tels exemples se trouvent à profusion dans la vie des saints. Pour en nommer une plus proche de nous dans le temps, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (Térésine de Lisieux) qui découvre sa « vocation » dans l’église en lisant « par hasard » la première lettre aux Corinthiens de Saint Paul.

Ching et les différents livres de réponses

Ching et les différents livres de réponsesPassant à l’Est, les Ching sont un excellent exemple de bibliomancie . Comme on le sait, c’est un livre avec de nombreuses phrases divinatoires. Le choix de ces phrases se fait en lançant des pièces spéciales ou avec des dés. Cette méthode est utilisée depuis des siècles en Chine et a encore ses adeptes aujourd’hui. Les Ching sont également répandus ici et, sur le même principe, il existe plusieurs publications, comme Le Livre des réponses , qui prévoit un mini-rituel de concentration avant de consulter.

L’Iran a été l’un des endroits où la bibliomancie s’est largement développée, où pendant des centaines d’années le recueil de chansons de Hāfez (Shiraz, 1315-1390), mystique et poète persan, a été utilisé comme texte de base pour interpréter l’avenir. Le livre a été ouvert au hasard et deux versets ont été lus à la fois.

La bibliomancie fonctionne-t-elle pour deviner le futur ? Ce n’est pas une pratique divinatoire différente des autres, alors tirez vos propres conclusions. Cependant, si au lieu de lire au hasard quelques pages d’un livre, vous lisez un livre entier, nul doute que votre avenir sera meilleur !

Bibliomancie : une nouvelle technique pour penser, communiquer ?

Avoir toujours de nouvelles idées (et, si possible, brillantes) à apporter à votre communication en ligne est une corvée. Une fois que vous avez parlé des sujets de votre compétence, en général, en approfondissant, en considérant des points de vue alternatifs, les idées (même les moins brillantes) commencent à manquer. Dans ces cas, l’entraînement à la pensée créative aide : cela vous éloigne de la routine quotidienne habituelle et crée de nouvelles connexions entre les synapses. Une façon amusante de former la pensée créative est de jouer avec la bibliomancie. On vous prévient : n’en faites pas trop, cela peut créer une dépendance.

Comment utiliser la bibliomancie ?

La bibliomancie est une forme de divination ou de guidance spirituelle qui implique l’utilisation de textes sacrés, de livres ou de textes inspirants pour obtenir des réponses ou des conseils. Voici comment utiliser la bibliomancie :

  • Choisir un livre : Commencez par choisir un livre qui a une signification personnelle pour vous. Il peut s’agir d’un texte sacré, d’un livre de méditations, de poésie ou de tout autre ouvrage qui résonne avec vous.
  • Formuler une question ou une intention : Avant de commencer la bibliomancie, formulez clairement une question ou une intention pour laquelle vous recherchez des réponses. Assurez-vous que la question est ouverte et spécifique.
  • Ouvrir le livre aléatoirement : Tenez le livre fermé dans vos mains et concentrez-vous sur votre question ou votre intention. Ouvrez le livre à une page au hasard.
  • Pointer du doigt : Laissez votre doigt glisser sur la page ouverte jusqu’à ce que vous ressentiez un moment d’arrêt intuitif. L’endroit où votre doigt s’arrête sera la réponse ou le conseil que vous recherchez.
  • Lire le passage : Lisez le passage sur lequel votre doigt s’est arrêté. Soyez attentif aux mots, aux phrases ou aux idées qui attirent votre attention. Ils peuvent contenir des réponses ou des messages pertinents pour votre question.
  • Interprétation intuitive : Interprétez le passage d’une manière intuitive et personnelle en relation avec votre question. Les mots ou les concepts qui se démarquent peuvent avoir une signification particulière pour vous.
  • Réflexion et méditation : Prenez le temps de réfléchir à la signification du passage par rapport à votre question. Méditez sur les messages potentiels et sur la manière dont ils pourraient s’appliquer à votre situation.
  • Ressentis et intuitions : Soyez attentif à vos ressentis, à vos intuitions et aux émotions que le passage suscite en vous. Votre propre interprétation et compréhension personnelle sont essentielles dans la bibliomancie.
  • Prendre des notes : Notez le passage que vous avez lu, ainsi que vos interprétations, ressentis et pensées. Cela vous permettra de revenir en arrière et de suivre votre progression dans l’utilisation de la bibliomancie.
  • Pratique et confiance : La bibliomancie peut nécessiter de la pratique pour développer votre connexion intuitive avec les textes. Faites confiance à vos instincts et à votre capacité à trouver des réponses significatives.

Il est important de noter que la bibliomancie n’est pas basée sur des règles strictes, mais plutôt sur l’intuition et l’interprétation personnelle. Elle peut être utilisée comme un outil de réflexion, d’inspiration et de guidance, mais il est conseillé de ne pas prendre les réponses de manière littérale, mais plutôt comme des suggestions ou des idées à explorer.

Comment utiliserons-nous la bibliomancie pour notre communication ?

Comment utiliserons-nous la bibliomancie pour notre communication ?Le principe reste le même que celui divinatoire. Sauf que nous ne demanderons pas de conseils sur notre communication mais nous décrypterons un message et l’appliquerons à notre histoire en ligne. Ce que  vous devez faire :

  • Choisissez un livre à consulter . Mieux s’il s’agit d’un livre un peu en dehors de votre lecture habituelle. Peut-être qu’un manuel médical serait un peu excessif mais peut-être qu’un essai sur les abeilles pourrait convenir.
  • Laissez-vous inspirer par un numéro de page . Vérifiez d’abord le nombre de pages du livre que vous avez choisi, ainsi vous saurez combien de pages vous avez disponibles.
  • Décidez d’un certain nombre de rangées, en commençant par le bas ou par le haut . Gardez à l’esprit qu’un roman moyen compte 30 lignes par page.
  • Seulement à ce stade, ouvrez le livre et lisez la phrase sur la page et la ligne que vous aurez décidées à l’avance .

Disons que vous avez choisi la page 268, 12e ligne à partir du bas. Votre phrase de référence sera celle que vous lirez en comptant 12 lignes en partant du bas de la page. Si la phrase a déjà commencé, considérez la phrase entière, en commençant au point de la phrase précédente. De même, si la phrase est plus longue qu’une ligne, considérez que votre phrase de référence ira jusqu’au prochain point. En bref, considérez une période d’au moins deux ou trois lignes. Et si une phrase laconique devait vous arriver, comme un dialogue, continuez à lire jusqu’à ce que le discours ait un sens complet.

Comment trouver des idées pour communiquer avec la bibliomancie ?

Le processus d’association peut se dérouler de deux manières principales : par similarité et par médiation .

  • Par similarité . Le plus simple est de partir de la phrase qui vous est arrivée et d’extrapoler quelques mots qui vous frappent, ou un concept sur lequel vous pouvez faire un raisonnement plus articulé. Prenez les mots ou le concept et réfléchissez à ce qu’ils ont en commun avec votre travail. Comment pouvez-vous les associer à des aspects liés à votre entreprise ?
  • Par médiation . Choisissez deux mots dans la phrase qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Pour les faire communiquer, vous avez besoin d’un troisième mot (cette fois choisi par vous) ou d’un troisième élément qui parvient à trouver un point commun entre les concepts que vous avez choisis. Une fois cela fait, passez à l’association de cette idée avec votre travail.

Dans les deux cas, il s’agit d’entraîner la pensée créative. Vous pouvez partir d’une association d’idées très simple. Au début, les mots que vous trouverez seront les plus évidents, puis vous pourrez faire des associations de plus en plus complexes et apparemment bizarres. Et c’est précisément ici que la créativité se déclenche, dans la capacité à combiner des idées et des concepts qui semblent n’avoir rien en commun .

Quelques recommandations toujours valables pour pratiquer la bibliomancie

Certaines recommandations demeurent valables lors de la pratique de la bibliomancie pour vous aider à obtenir des résultats significatifs et à maintenir une approche respectueuse et réfléchie. Voici quelques conseils à garder à l’esprit :Quelques recommandations toujours valables pour pratiquer la bibliomancie

  • N’oubliez pas que la communication doit être orientée vers un objectif . Vous n’avez pas besoin d’en dire autant pour le faire. Demandez-vous toujours ce que vous voulez dire, pourquoi, à qui, quel résultat vous voulez obtenir d’un post.
  • Ne perdez pas de vue . Lorsque vous établissez un partenariat, il est facile de prendre une tangente et de finir par raconter des événements de votre vie qui ne servent pas à renforcer votre autorité ou à créer un point de contact entre vous et votre public. L’association la plus utile est celle entre l’idée que vous trouvez et votre travail. C’est dans cette phase qu’intervient la médiation : vous êtes le lien.
  • Choisissez des textes appropriés : Optez pour des livres qui ont une signification personnelle pour vous, qu’il s’agisse de textes sacrés, de poésie, de philosophie ou de littérature inspirante. La connexion émotionnelle avec le texte peut renforcer l’efficacité de la bibliomancie.
  • Formulez des questions claires : Avant de commencer, définissez clairement vos questions ou intentions. Des questions ouvertes et spécifiques sont préférables pour obtenir des réponses significatives.
  • Restez ouvert et réceptif : Lorsque vous ouvrez le livre et lisez le passage, soyez ouvert à toutes les possibilités. Restez réceptif aux mots, aux phrases et aux idées qui se démarquent, même si elles semblent initialement non liées à votre question.
  • Faites confiance à votre intuition : Votre intuition joue un rôle crucial dans l’interprétation des passages. Faites confiance aux mots ou aux phrases qui attirent votre attention, même s’ils semblent étranges ou inattendus.
  • Écoutez vos ressentis : Notez vos émotions et ressentis lorsque vous lisez le passage. Votre intuition peut se manifester par des sensations physiques ou émotionnelles spécifiques.
  • Évitez de forcer l’interprétation : Si vous ne parvenez pas à trouver une signification évidente dans le passage, ne forcez pas une interprétation. Parfois, les messages peuvent être subtils et nécessitent du temps pour être compris.
  • Méditez et réfléchissez : Prenez le temps de méditer sur le passage que vous avez lu. Réfléchissez à la manière dont il pourrait s’appliquer à votre question ou à votre situation actuelle.
  • Documentez vos expériences : Gardez un journal ou un carnet où vous notez les questions, les passages, les interprétations et les résultats de vos sessions de bibliomancie. Cela peut vous aider à suivre vos progrès et à remarquer des schémas au fil du temps.
  • Respectez le texte : Utilisez la bibliomancie comme un moyen de réflexion personnelle et d’inspiration, mais respectez toujours le texte que vous utilisez. Évitez de détourner intentionnellement le sens original du passage.
  • Pratiquez régulièrement : La bibliomancie peut s’améliorer avec la pratique. Plus vous vous engagez dans cette méthode de divination, plus vous pouvez développer une connexion intuitive avec les textes et obtenir des réponses plus claires.
  • Gardez une attitude respectueuse : La bibliomancie peut être une pratique spirituelle ou introspective. Adoptez une attitude respectueuse envers le processus et le sens profond que cela peut apporter à votre vie.

Rappelez-vous que la bibliomancie est un outil personnel et subjectif. L’essentiel est d’utiliser cette méthode avec honnêteté, respect et ouverture d’esprit, en cherchant des réponses et des conseils qui vous guideront dans votre cheminement personnel.

Plan du site